Pourquoi les gens disparaissent-ils? Un regard sur le trafic humain

Je tiens à remercier tous ceux qui ont apporté leur soutien à notre famille dans cette semaine plus difficile qui marque les quatre ans de disparition de Marilyn. Nous avons même reçus de nouveaux indices, ce qui nous encourage toujours à continuer!

Plusieurs personnes m’ont demandé si je savais pourquoi Marilyn est portée disparue depuis tout ce temps. Malheureusement, je l’ignore toujours. Nous considérons toutes les hypothèses. Habituellement, une personne disparaît à cause d’un ou plusieurs des scénarios suivants:

-Échapper à un milieu familial difficile (abus physique, sexuel, émotionnel), échapper à des conditions de vie ou de travail difficiles, refaire sa vie sous une nouvelle identité, enlèvement, enlèvement parental, joindre le programme de protection des témoins, suicide, meurtre, maladie mentale ou neurodégénérative (schizophrénie, Alzheimer, etc.), mort naturelle, accident ou acte criminel, esclavage (sexuel, travail ou autre), échapper aux autorités policières, se joindre à une secte ou autre organisation religieuse, etc.

Source (en anglais): Wikipedia – Missing_person

Il y a des centaines de dossiers actifs au Québec de personnes disparues qui n’ont pas été retrouvées. Même si la cause exacte est inconnue, les conséquences sont souvent très graves pour la personne disparue et ses proches.

Note: Le contenu de cet article, ainsi que les liens ci-dessous sont particulièrement durs et emploient des termes déconseillés aux mineurs et âmes sensibles.

Josée me demandait si nous avions cherché du côté de ceux qui enlèvent les jeunes femmes pour de la prostitution.  J’ai pensé à ce scénario plus d’une fois. J’ai même passé des nuits entières dans les mauvais quartiers du pays à la recherche de Marilyn, mais je n’ai vu ni la pointe de l’iceberg ni ma soeur. Je n’oublierai jamais le visage pâle de cette jeune femme de East Vancouver qui souhaitait que quelqu’un la cherche, elle aussi.

Au fil des ans, on m’a raconté plusieurs histoires d’horreur liées au trafic humain. Malheureusement, ce scénario doit être considéré comme tout les autres. Je ne vous cache pas qu’il me fait peur.

Voici ce qui est arrivé à trois jeunes femmes du Québec, trois histoires de personnes disparues parmi tant d’autres. Les noms sont fictifs pour les protéger.

Isabelle s’est présentée à une entrevue suite à une annonce parue dans le journal local. Elle venait de compléter ses études et cherchait un emploi dans son domaine.  On lui avait donné rendez-vous en après-midi. Elle venait à peine d’arriver lorsqu’elle a appris la nouvelle: elle avait le poste! Seulement…un autre poste. Elle était escorte et commençait sur-le-champ. Elle mettra plus de dix-huit mois à s’échapper. À la première tentative, elle est jetée dans un escalier en plus d’être battue et violée à répétitions. Son « transport » l’amène dans un nouveau « bar de danseuse » à toutes les deux semaines. Elle travaille jour et nuit dans les grandes villes et régions rurales du Québec. Elle s’échappe finalement après une troisième tentative. Malgré les blessures physiques et morales, elle refuse toujours de porter plainte, blottie dans la terreur. Sa famille reçoit aussi des menaces, ignorées par les autorités locales. Malgré tout, la vie reprend doucement son cours.

Lisa, la belle adolescente en fugue, s’est retrouvée ligotée dans un appartement près d’une autoroute pendant plus d’un an, victime des gangs de rue. Elles étaient trois filles à se prostituer jour et nuit sous les menaces de leur proxénète, recevant chacune en moyenne une vingtaine de clients par jour. Lisa n’avait même pas seize ans.

Jane, dix-huit ans, a été enfermée dans un sous-sol d’un chic quartier montréalais pendant près de deux ans. Elle a finalement été prise en pitié par un client qui l’entendait murmurer « mom » sous ses sanglots.  Il a téléphoné aux policiers de façon anonyme.

Tant d’histoires d’horreur. Si peu d’action ou de prévention.

À tous ceux et celles qui s’apprêtent à fuguer ou à partir sur un coup de tête, je vous supplie de chercher des ressources dans votre milieu scolaire, familial ou amical. Ceux qui vous attendent au terminus d’autobus pour vous offrir un bon café ou un endroit chaud pour dormir « quelques jours » ne veulent pas vous aider. Ils ont votre âge, mais ils vous mentent sur ce qu’ils sont et ce qu’ils attendent de vous.

À tous ceux qui profitent de la vulnérabilité des gens, remarquez les plaies sur les cuisses, les yeux bouffis et le regard hagard de la personne dont vous abusez. Vous avez le courage de votre acte illégal, peut-être aurez-vous le courage d’avoir un peu de coeur et d’aider cette personne de façon anonyme.

Pour en savoir plus sur le trafic humain au Canada:

La traite de personnes au Canada – Rapport de la Gendarmerie royale du Canada

Des centaines de personnes auraient été victimes du trafic humain au Canada

Aidez-moi à retrouver ma fille

Le documentaire « Avenue Zéro » explore la problématique du trafic humain

Une ligne téléphonique pour les victimes

(En anglais)

Chrysalis Network

Sex trafficking: a national disgrace

Une réflexion au sujet de « Pourquoi les gens disparaissent-ils? Un regard sur le trafic humain »

  1. Bonjour, où avez-vous trouvé les histoires de Isabelle, Jane et Lisa ? Je m’intéresse à la question du trafic humain.
    Merci.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>