Neuf ans de disparition

Mis en avant

Je t’ai vue pour la dernière fois en janvier 2008, lors des funérailles de notre grand-père.
Nous étions assises l’une à cote de l’autre à la table de la cuisine d’une tante qui nous hébergeait.

Je m’affairais à préparer une video souvenir. Tu m’aidais.

Il était plus de trois heures du matin.Tu m’as demandé pourquoi je m’acharnais à finir un projet trop gros pour le peu de temps que j’avais devant moi.
Je t’ai répondu: “Pour qu’on puisse revoir grand-papa au moins une fois comme on l’a connu avant la maladie, avant l’Alzheimer’’.

Et si je te revoyais aujourd’hui Marilyn, pourrais-je te reconnaître?

Ce soir je regarde des images de toi. Que se passe-t-il dans ta vie en ce moment? Est-ce que tu vis toujours? J’attends le moindre signe de toi.

Elles sont précieuses ces images. Je ne sais pas si j’en aurai d’autres un jour. J’aurais souhaité en avoir plus.

Je ne sais toujours pas ce qui s’est passé le 17 février 2008.

Si tu as des raisons pour ne pas revenir, je les comprendrai, mais dis quelque chose s.v.p.
S’il t’es arrivé un drame si grave que la honte t’étouffe, sache que le passé n’a pas d’importance. Seuls le présent et le futur comptent.
Si tu es contrée au silence, je continuerai de te chercher en me disant que même dans les heures les plus sombres, même quand une situation semble désespérée, certaines personnes se sont accrochées à l’espoir qui a finalement prévalu.

Même quand quelque chose semble inévitable, il y a toujours une lumière au bout du tunnel.

Je te l’ai dit en février 2008, à peine quelques jours avant ta disparition et j’y crois toujours autant aujourd’hui.

Articles de presse:

http://www.journaldemontreal.com/2017/02/16/recompense-de-30-000-pour-retrouver-marilyn-bergeron-1

http://ici.radio-canada.ca/nouvelle/1017222/disparition-marilyn-bergeron-recompense-bonifiee-30000-dollars

http://www.tvanouvelles.ca/2017/02/16/recompense-de-30-000-pour-retrouver-marilyn-bergeron

http://www.lapresse.ca/actualites/justice-et-affaires-criminelles/faits-divers/201702/16/01-5070147-recompense-de-30-000-pour-retrouver-marilyn-bergeron-disparue-en-2008.php

http://ici.radio-canada.ca/breve/82588/les-parents-de-marilyn-bergeron-en-ont-fait-lannon

http://journalmetro.com/actualites/national/1091324/marilyn-bergeron-recompense-portee-a-30-000/

http://journalmetro.com/actualites/national/1091144/la-recompense-pour-retrouver-marilyn-bergeron-est-portee-a-30-000/

http://www.quebechebdo.com/faits-divers/2017/2/16/relance-des-recherches-pour-retrouver-marilyn-bergeron.html

8 années de disparition

Mis en avant

On dit avoir une soeur comme si elle nous appartenait.

Mais quand elle disparaît, on comprend qu’avoir une soeur est un emprunt à la vie.

Parfois deux soeurs célèbrent leur centenaire côte à côte, leurs épaules frêles soudées l’une à l’autre comme cette amitié profonde qui perdure depuis toujours.
Parfois deux soeurs ne se connaissent pas, elles vivent leur vie chacune de leur côté, n’ayant pas – ou ne prenant pas – le temps de partager de nouveaux moments ensemble.
Parfois deux soeurs sont séparées à la naissance ou bien plus tard, par l’erreur humaine ou par la mort, toujours tragique peu importe les circonstances.
Parfois une soeur disparaît.

L’autre reste dans l’ombre en silence, se demandant ce qui est arrivé, tente de suivre les pas, de comprendre où les souliers de l’absente l’ont menée.
La disparition n’apporte que le tourment, un brouillard épais qui ne se dissipe pas avec les années qui passent.
Dans les recherches, on remarque des milliers de beaux visages souvent souriants et immobiles tenus à bout de bras par des proches figés eux aussi dans le temps.
Parfois une autre personne me parle de la disparition de sa soeur, causée par l’alzheimer, l’enlèvement, la fugue, la maladie mentale, le trafic humain ou autre.

Une sœur est un peu de l’enfance qui ne peut jamais être perdu.
Marion C. Garretty

Tous les jours ma soeur me manque.
Tous les jours j’espère qu’elle n’oublie pas qu’elle peut compter sur moi.

Je ne trouverai peut-être jamais de réponse sur la disparition de Marilyn. Je ne reverrai même peut-être jamais Marilyn, mais je sais dans mon coeur que j’aurai toujours une soeur.

Il y a 7 ans, Marilyn disparaissait.

Mis en avant

Je cherche dans mes souvenirs le miroir que j’ai dû fracasser depuis ce jour fatidique où je tente de la retrouver.

Sept… Chiffre magique selon certaines croyances.
Sept… Tout comme l’âge de raison, l’année sabbatique, les péchés capitaux, les merveilles du monde, les femmes de Barbe Bleue et l’art du cinéma.

Sept ans déjà que tu allais te promener Marilyn pour ne plus revenir. Qui l’aurait cru? Certainement pas moi, ni celle que je connais comme ma soeur.

Qu’est-ce qui m’a le plus marqué en sept ans? Cette question revient ces jours-ci.
Ce soir, sept mots résonnent dans ma tête:

Espoir. Le favori. Celui qui aide toutes les familles de personnes disparues à continuer à vivre et espérer. J’espère pouvoir l’utiliser un jour pour autre chose.
Non. Pour le nombre de fois où je me suis fais dire non depuis les sept dernières années. Dommage pour ceux qui croyaient me voir baisser les bras.
Famille. Pour la mienne qui survit malgré la douleur et qui trouve le moyen de s’amuser malgré tout.
Violence. Pour souligner mon exaspération envers les gens qui se contentent de le dire et ne font rien pour les victimes de cette violence. Vous vous connaissez. Vous devriez exiger plus.
Four à pizza. Pour représenter toutes les horreurs entendues qui sont un mal nécessaire pour faire avancer une enquête de disparition.
Maladie. À devoir considérer toutes les hypothèses, on apprend aussi sur le mal de vivre, l’exploitation humaine et la maladie mentale. Il y a trop de gens qui se sentent seuls.
Silence. Celui des personnes qui ne parlent pas et qui devraient peut-être essayer, juste pour se sentir mieux.

Sept ans. Voici ce que l’Espace Citoyens me dit:
Lorsque le délai de 7 ans à compter de la disparition est écoulé, un jugement déclaratif de décès peut être prononcé par la Cour supérieure.

Cette fois-ci, c’est moi qui dit non.
Parce que j’ai l’espoir de retrouver ma soeur vivante grâce au soutien inestimable de ma famille, de mes proches.
J’ai la chance de n’être ni malade, ni battue et de ne craindre ni les fours à pizza ou tout autres scénarios sinistres.
Je ne garderai jamais le silence sur la disparition de Marilyn. Je vais continuer à me battre pour la retrouver.

Comme le dirait ma petite fille, je t’aime tous les (sept) jours de la semaine Marilyn.
Fais-moi un signe.

Nath xx

Communiqué de presse: Sept ans de disparition

Mis en avant

POUR DIFFUSION IMMÉDIATE 

Québec, le 16 février 2015 – Le 17 février 2008, Marilyn Bergeron, 24 ans, quittait la résidence familiale pour aller faire une promenade.  Quelques heures plus tard, elle achètera un café au Café Dépôt de Saint-Romuald situé à environ vingt kilomètres de son lieu de départ. Elle ne sera jamais revue officiellement par la suite.

“Lorsque le délai de 7 ans à compter de la disparition est écoulé, un jugement déclaratif de décès peut être prononcé par la Cour supérieure du Québec.” La famille immédiate de Marilyn Bergeron n’exécutera pas cette démarche légale puisque à ce jour, aucun indice ou preuve n’ont permis de conclure au décès de Marilyn.

En ce triste anniversaire de la septième année de la disparition de Marilyn, la famille de celle-ci remercie particulièrement le public de continuer de communiquer des informations telles que les observations possibles du passage de Marilyn à des endroits divers au cours des dernières années. Elle remercie aussi les médias et les organismes tels que Enfant-Retour et l’AFPAD pour tout le soutien accordé au fil des ans et qui permet de conserver l’image de Marilyn dans la mémoire des gens.

À la demande des enquêteurs responsables du dossier de disparition de Marilyn Bergeron, l’organisme Jeunesse au Soleil a procédé au renouvellement de la récompense de $10,000 offerte par son entremise le 13 janvier dernier. Le site internet de la famille de Marilyn sera modifié plus tard cette année pour inclure de nouveaux objectifs dans les recherches pour retrouver Marilyn.

Il est important de noter que plus de 200 cas de disparitions sont toujours non résolus au Québec et touche des individus âgés de moins d’un an jusqu’à 83 ans. La famille de Marilyn souhaite bon courage à tous ceux qui sont éprouvés par le drame d’une disparition, que ce soit pour quelques heures ou pour plusieurs années.

Il n’y a toujours pas de base de données unique entre les divers corps policiers du Québec ou du Canada.

La famille de Marilyn Bergeron 
http://www.trouvermarilyn.com

Le film Absences – sortie en salle ce weekend!

Mis en avant

L’absence nous donne parfois des forces que nous ne soupçonnons pas. Maintenant à l’affiche! Le film « Absences » de Carole Laganière auquel j’ai participé suite à la disparition de ma soeur Marilyn.

Un beau moment de cinéma avec effets spéciaux sur l’âme!

Montréal: Cinéma Excentris du 20 au 26 septembre : 18H10 sauf mardi 24 septembre : 12H45, 21H10
Québec: Cinéma Cartier dans le cadre du Festival de Cinéma de la Ville de Québec (FCVQ) Dimanche 22 septembre: 14h

Je salue particulièrement le courage et la volonté des trois autres protagonistes du film: Ines Hajrovic, Deni Yvan Béchard et Colette Sauvageau.

Merci encore Carole pour ton merveilleux film qui me donne une si belle opportunité de retrouver Marilyn.

Merci d’y croire tout comme moi…

« Le cinéma, c’est un rêve que l’on rend possible. »
Juliette Binoche

DISPARAÎTRE

Mis en avant

Par Andrée Béchard, mère de Marilyn

Ne me parlez pas du temps qui arrange les choses
Ne me parlez pas d’étapes à traverser
Ne me parlez surtout pas de deuil
Mais parlez-moi d’espoir
Donnez-moi des forces; celles qui permettent de s’accrocher
Dites-moi de ne pas désespérer.

Disparaître,
C’est le silence d’Elle
De sa voix, de sa joie, de sa musique
Ce sont des instants de vie sans Elle;
Ceux qu’on voudrait partager pour mieux aimer
C’est un regard posé tous les jours sur les mêmes objets; les siens
Entremêlés des gestes quotidiens
Où paroles et questions  se perdent jusqu’au lendemain

Ne me parlez pas de passer à autre chose
Dans l’autre chose, je La retrouve quand même
Ne me parlez pas comme si elle n’existait plus
Elle est juste ailleurs; peut-être même différente
Ne me parlez pas de souvenirs et d’oubli à la fois
Mais parlez-moi de volonté
De cette énergie qui combat la peur
Donnez-moi cette sagesse;
Celle qui permet de croire et d’avancer

Disparaître,
C’est parler d’Elle au présent
Sans compter les heures et les jours qui m’en séparent
La noirceur de la nuit qui revient aide à effacer sa lourde absence
Pourtant, j’ai hâte que le nouveau jour arrive!
Qui sait,…au réveil…
Aurais-je enfin la nouvelle tant attendue!

MESSAGE À MARILYN

À notre fille chérie, Marilyn

Depuis ce 17 février 2008, nous ne cessons de penser à toi.  Nous te cherchons partout.
Être sans nouvelles de toi a profondément bouleversé nos vies. Tu sais combien nous t’aimons.
Nous aimerions tant te voir et te serrer dans nos bras.
Où que tu sois et peu importe ton choix de vie; nous te respecterons. Nous serons toujours là pour te soutenir, t’encourager et t’aider si c’est ce que tu veux.
Nous te demandons Marie,… de communiquer avec nous, ta famille; cela nous soulagerait tellement d’entendre ta voix.
Tu ne peux t’imaginer combien ça nous rendrait heureux!
On est si inquiets  et tristes!
Donne-nous des nouvelles Marie! On a besoin de toi!

Maman et papa qui t’aiment xxx

Première du film Absences – Une autre étape pour retrouver Marilyn

Mis en avant

POUR DIFFUSION IMMÉDIATE
Montréal, le 27 août 2013 – La famille de Marilyn Bergeron, disparue depuis le 17 février 2008, assistera à la première mondiale du film Absences de la réalisatrice Carole Laganière, produit par l’Office national du film du Canada (ONF) et présenté dans le cadre du  37e Festival des Films du Monde (FFM) de Montréal mercredi, le 28 août prochain.

19h: Cocktail Ambassade Boris www.ambassadeboris.com
Adresse: 1641 St-Denis, Montréal, (Québec), H2X 3K3 (514) 508-5979

21h30: Projection du film Absences au Cinéma Cineplex Odéon Quartier Latin
Adresse: 350 rue Émery, Montréal, (Québec), H2X 1J1 (514) 849-2244

Mesdames Pina Arcamone, directrice générale de l’organisme Enfant-Retour Québec et Andrée Champagne, coordonnatrice de l’Est du Québec pour l’Association des Familles de Personnes Assassinées ou Disparues (AFPAD) accompagneront aussi la famille de Marilyn lors de cette soirée qui redonne espoir à tous ceux qui gardent Marilyn dans leur coeur, même après plus de cinq ans de disparition.

Le film Absences sortira aussi en salles à Montréal au cinéma Excentris le 20 septembre prochain. Un visionnement de presse sera organisé le mercredi 11 septembre à 10h au cinéma Excentris situé au 3536, Boulevard Saint-Laurent, Montréal (Québec), H2X 2V1.

Il y environ un an, Nathalie Bergeron parcourait les rues de Toronto à la recherche de sa soeur Marilyn sous le regard sensible et discret de la réalisatrice Carole Laganière et de son équipe technique. Ce mercredi, Nathalie ainsi que les autres membres de la famille de Marilyn découvriront le film Absences en compagnie de la réalisatrice et du public lors de la première. La possibilité que des milliers de personnes sur tous les continents visionnent le documentaire apporte une opportunité unique de raviver une quête difficile que le temps n’apaise malheureusement pas. C’est avec une grande émotion, beaucoup de reconnaissance et une espérance renouvelée que nous assisterons tous à ce visionnement.

À propos du film  Absences

Pour visionner la bande-annonce, rendez-vous au youtube.com/watch?v=KB1Cl-ywvEc.

Produit à l’ONF par Colette Loumède, Absences est un documentaire réalisé par Carole Laganière dans le cadre du programme Cinéastes en résidence de l’ONF.Lauréate du Prix du meilleur documentaire canadien aux Hots Docs de Toronto en 2002 et en 2003 pour La fiancée de la vie et Un toit, un violon, la lune, Carole Laganière réalise Vues de l’est suivi de L’Est pour toujours qui confirment la maturité d’une artiste au regard à la fois amoureux et incisif. La cinéaste sera présente au FFM en compagnie des protagonistes du film pour la première mondiale.

Pour toutes informations ou demandes d’entrevues, vous pouvez contacter Marie-Claude Lamoureux, relationniste ONF

Téléphone: 514-283-9607
Cellulaire: 514-297-7192 
Courriel: m.c.lamoureux@onf.ca

ou la famille de Marilyn Bergeron

Téléphone: 1-800-840-1526

La version anglaise du film est disponible dès maintenant auprès de l’ONF.

Merci encore pour votre soutien,

La famille de Marilyn Bergeron http://www.trouvermarilyn.com

Six ans déjà

Est-ce possible que six ans se soient déjà écoulés?

J’étais à New York, cette ville que nous devions visiter ensemble plus tard. Je t’avais donné le choix entre Coachella et NY pour ce voyage de soeurs dont nous parlions depuis longtemps. Depuis, j’ai décliné poliment presque toutes les invitations pour assister à des concerts. Sans toi, la musique ne résonne plus dans mon coeur de la même manière.

New York est recouverte de neige.  Il m’a fallu près de deux jours pour finalement arriver à Québec. J’y passerai plusieurs semaines avant de rentrer en Californie, de reprendre le travail, de me marier, de perdre des êtres chers, de voir naître Lætitia, d’assister à d’autres mariages, de soutenir des proches qui divorcent, de changer de travail, d’adopter un chiot…

Six ans ont passé. Je mène cette vie parallèle où je te cherche et te chercherai sans perdre l’espoir de te retrouver.

Je t’ai cherché aux quatre coins du monde, dans les métropoles ou les villages, les postes de police, les organismes de charité, dans un film, au FBI, dans la presse, sur Internet, par courriel, par téléphone, par lettre, etc. Je t’ai cherché auprès des vieux amis qui se souviennent de toi, auprès de tes connaissances que je ne connaissais pas et auprès d’inconnus extraordinaires au coeur d’or.

Nous te cherchons tous à notre façon. Sans arrêt, fréquemment ou de temps en temps.

Je te cherche, nous te cherchons sans relâche à notre façon avec les moyens dont nous disposons, mais nous ne perdons pas espoir.

J’espère que la chance me sourira et que finalement je te retrouverai, même si j’ignore ce que je retrouverai.

Marilyn.

Ton corps.

L’ombre de ce que tu étais.

Rien.

Six ans déjà. Tu me manques comme au premier jour.

Fais moi un signe!

Nath xx